lundi 20 février 2017

Organe et politique

ORGANE

du verbe grec érgô (ἔργω) : fermer, barrer, enclore, exclure, empêcher de faire.

-----> ce verbe donna le nom grec órganon (ὄργανον)
-----> puis le latin organum : instrument de travail, outil, instrument de musique, organe.
-----> par érgô, ce terme est apparenté au verbe erúomai (ἐρύομαι) : se garder de, observer, se défendre et au nom éruma (ἔρυμα) : clôture, barrière

L'organe, étymologiquement, c'est donc d'abord ce qui est clos sur lui-même. L'organe est une entité exerçant exclusivement une tâche. Mais possède-t-il réellement la dureté du verbe érgo: fermé aux échanges extérieurs, refusant tout commerce et excluant ce qui ne lui appartient pas? J'aime a trouver dans organum sa manipulation par l'homme, pour le travail ou le loisir, puis l'émergence de son sens anatomique que le grec n'avait pas. Il y a dans l'organe une tension entre identité spécifique et inter-relations, entre l'individu et le tout, entre autonomie et interdépendance.

Sens courants:


1- Partie d’un organisme vivant, considérée comme un tout et comme remplissant une fonction nécessaire ou utiles à sa vie. 
"Tous les animaux sont un assemblage de divers organes qui en exécutant chacun une fonction concourent à la conservation du tout." F-X Bichat, Traité des Membranes, 1799
2- Par analogie, partie d’une machine

3- Employé seul, l'organe renvoie à la voix humaine, instrument humain par excellence. On y retrouve ici un relent latin.


Organes tricotés - Caroline Gates

Coeur - Dessin anatomique

Le Potager des organes (250 x 350cm) - Cécile Dachary - 2011

Heart (soldier) - Janice Gordon - 2008


L'organe pose la question, brûlante, de notre rapport au tout, aux autres, au groupe. L'organe interroge aussi sur notre rapport à ce qui vit. Peut-on affirmer que, quand un organe s'abîme, un autre prend le relais, s'y substitue indifféremment? Peut-on dire que les différents membres d'un groupe ne compte pas en tant qu'individus, mais en tant qu'ils sont membres du groupe? Les organes sont-ils ainsi interchangeables, comme de simples pièces mécaniques? Le corps est-il réparable à l'infini?

Saint Paul donne ainsi l'image de l'Eglise : 
"Comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ. (...) Il y a plusieurs membres, et un seul corps. L’œil ne peut pas dire à la main: Je n'ai pas besoin de toi; ni la tête dire aux pieds: Je n'ai pas besoin de vous. Mais bien plutôt, les membres du corps qui paraissent être les plus faibles sont nécessaires. (...) Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d'honneur à ce qui en manquait, afin qu'il n'y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres. Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part.Bible, lettre de St Paul aux Corinthiens, chapitre 12

Au XVIIIe, un débat fait rage dans les milieux savants : les animaux ont-ils une âme? Sont-ils capables de raison? Si non, en quoi seraient-ils différents d'une simple machine conçue par le "Grand Horloger" de l'Univers dont parle Descartes? 
"C’est aussi une chose fort remarquable que, bien qu’il y ait plusieurs animaux qui témoignent plus d’industrie que nous en quelques unes de leurs actions. (...) [Cela] nous ne prouve pas qu’ils ont de l’esprit, car à ce compte ils en auraient plus qu’aucun de nous et feraient mieux en toute autre chose ; mais plutôt qu’ils n’en ont point, et que c’est la nature qui agit en eux selon la disposition de leurs organes : ainsi qu’on voit qu’un horloge, qui n’est composé que de roues et de ressorts, peut compter les heures et mesurer le temps plus justement que nous avec toute notre prudence." René Descartes, Discours de la méthode, chapitre 5, 9

Le fait d'être performant pour remplir une fonction ou effectuer une tâche semble être le propre de la machine. Ses rouages, en son sein s'articulent les uns au autres au service du tout. Peut-on encore parler d'organes? Cette froide mécanique a-t-elle encore quelque chose d'organique si on lui ôte le principe de vie? François-Xavier Bichat, médecin et biologiste français (1771-1802) déjà cité plus haut nous dit que :
"La vie est la somme totale des fonctions qui résistent à la mort.François-Xavier Bichat, Recherches physiologiques sur la Vie et la Mort, 1800

Bon, ça manque un peu de cœur, non ? Contrairement à la machine, l'être vivant s'affranchi de ce qui était prévu pour sans cesse s'adapter à des situations nouvelles et apprendre d'elles. Et bien, me diriez-vous, c'est le cas de nombreux robots, aujourd'hui! Et sans parler du flippant film "Her" de Spike Jonze, qui le démontre amplement, nous offrant une inquiétante vision d'un futur proche. Mais ce que la vie possède et que n'ont pas les machines, c'est l'autonomie de fabrication, réparation et fonctionnement. Certes, la machine peut ne jamais "mourir", dans la mesure où celui qui l'entretien renouvelle sans cesse les pièces qui, fatalement, s'usent et vieillissent. Mais la machine ne pourra jamais non plus "naître" et "vivre" sans notre concours, mystères de l'existence végétale et animale que nul scientifique n'a encore pu percer.


ORGANIQUE

du latin organicus, par organum

1- Relatif aux organes, à la constitution même d’un être vivant. Qualifie les fonctions essentielles à la vie d’un être, principalement la nutrition. Vie organique, fonctions organiques.

2- En Chimie, qualifie les substances, autrefois extraites des organismes vivants, et qui ont pour élément fondamental le carbone.

3- Qui est organisé, qui implique une force centrale agissant, consciemment ou non, en vue d’une fin. Un tout organique.

4- Constitutif d'une chose

5- Par analogie, relatif à l’organisation d’un état, de sa constitution, d’une institution. Loi organique.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire