lundi 16 mars 2015

Anna Atkins : botanique et cyanotype

Anna Atkins (1799 - 1871)
Botaniste, illustratrice et photographe anglaise

Ayant perdue sa mère très jeune, ce fut son père, le naturaliste John George Children, qui l'éleva. Anna put recevoir une éducation scientifique complète, chose très rare pour une femme à cette époque.

Les connaissance approfondies de la nature étaient, chez Anna Atkins, soutenues par un grand talent artistique. Elle réalisa près de deux cent cinquante gravures illustrant l’ouvrage de Jean-Baptiste de Lamarck, Histoire des mollusques, que traduisit en anglais son père en 1822.

En 1825, elle a épouse John Pelly Atkins, et se consacre dès lors à la biologie. Elle commence la réalisation d'un herbier. Elle entre en 1839 à la Société botanique de Londres, l’une des rares sociétés savantes ouvertes aux femmes.

De 1841 à 1853, elle publie ses recherches sur les algues (British Algae: Cyanotype Impressions) utilisant le processus de cyanotype pour documenter les feuilles et les fleurs des plantes qu'elle étudie. Ce fut le premier ouvrage publié utilisant ce procédé photographique.


En effet, grâce à son père, elle connaît les travaux de sir John Herschel (1792-1871), scientifique et astronome ayant mis au point la technique du cyanotype en 1842. Ce procédé photographique utilise deux produits chimiques :

  • Citrate d'ammonium ferrique (vert ou brun)
  • Ferricyanure de potassium (rouge)

Les images produites en cyanotype sont instantanément reconnaissables par leur trirage photographique sur fond bleu éclatant (bleu de Prusse-bleu cyan). C'est un processus d'impression de contact: l'objet est placé directement sur la surface sensibilisée, puis exposé à la lumière. Ce que nous voyons est donc la trace de cet objet, défini par ses contours, sa blanche absence. Les cyanotypes ont l’avantage d’une grande stabilité dans le temps.

Son livre sera diffusé à environ quatre cents exemplaires, dont une douzaine nous sont parvenus. En 1853, elle applique le même procédé aux fougères (Cyanotypes of British and Foreign Ferns). 
En 1865, elle lègue son herbier au British Museum.

C'est le google d'aujourd'hui! 216 ans pour notre Anna.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire